La meute Traquelune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La meute Traquelune

Message par Cordea le Lun 26 Déc 2016 - 0:58




"Au coeur des forêts impénétrables, la nature bat d'un seul et même pouls. Évoluant sur l'étroit fil de l'équilibre, les worgens Traquelunes ont fait de cet environnement leur demeure et contribuent saison après saison à en réguler la faune sous l'oeil attentif de leurs druides. Mais depuis longtemps, la forêt s'est vue muer sous l'influence insidieuse de ses ennemis. Témoins tragiques de ces bouleversements, ils luttent sans relâche pour préserver leurs alliés et chasser les intrus comme le feraient n'importe quel prédateur soucieux de garder son territoire.

L'instinct n'est pas la seule raison guidant ces worgens à réagir aussi férocement que les elfes de la nuit face aux envahisseurs ; rompus à l'idée que Gilnéas est désormais bien loin et que leur seul aspect les a exclu des leurs, ils voient dans Kalimdor une nouvelle raison d'exister, écartés des turpitudes de la vie humaine. En adéquation avec leur bête intérieure, ces worgens évoluent en meute, cédant parfois à la violence intrinsèque de leur race mais n'oubliant pas pour autant la fraternité faisant d'eux une arme sans équivalent. Quand la forêt est en danger, ils agissent de concert, surgissant des fourrés, déchirant la chair de leurs ennemis pour retourner aussi vite dans les ombres qui les abritent.

Cette existence ingrate aux yeux des êtres civilisés prend cependant tout son sens quand on rejoint la meute Traquelune. Dotés d'armes naturelles et de sens aiguisés, ils ont survécu à la faune hostile et se sont élevés au sommet de celle ci. Au fil des grandes chasses, leurs talents se sont affinés. Au delà de l'exploit, ils voient dans la traque une certaine noblesse, étoffée par les services rendus à la nature souveraine. Si la dimension druidique au sein de leur existence demeure parcellaire, celle ci germe peu à peu. Conscients que leur héritage est relié à celui des elfes de la nuit par la malédiction qui imprègne leur chair, ils ont fait de celle un moyen unique de communier avec les esprits.

Placés sous le symbole du loup, les Traquelunes veillent, inlassables, courant les vastes étendues de Kalimdor avec toute la fureur que peut leur inspirer leur père Goldrinn. Sans abandonner leur humanité, ils rejettent profondément les vices et s'adonnent à ce pourquoi ils se sont vu naître : l'harmonie profonde du prédateur avec la nature sauvage."




- L'esprit de la meute -

Frères dans la malédiction, les Traquelunes sont conscients que leur force réside dans la meute. Avec le temps, ils ont appris à agir de concert, à la chasse comme à la guerre. Leurs instincts couplés à leur intelligence leur permettent de se coordonner dans des attaques foudroyantes sans même devoir émettre la moindre parole. Au quotidien, cette attitude induit une certaine sauvagerie dans leurs rapports. S'ils n'ont pas oubliés l'usage des mots, le comportement suffit bien souvent à exprimer davantage. Entre eux, ils se montrent le plus souvent francs et dénués de subtilités. Ils agissent plus qu'ils ne parlent. Tergiverser est de fait un signe de faiblesse dans une meute où la force et la spontanéité sont des qualités dominantes. Parfois, le combat devient inévitable et c'est l'occasion de mettre un terme aux hostilités une bonne fois pour toute. Chacun a sa place dans la meute, claire, évidente, ramenée à la domination imposée aux autres ou à sa propre lâcheté. Cette organisation ne serait rien sans leur matriarche dont la ruse et la violence ont fini par assurer durablement la stabilité entre les membres. Première à la chasse, elle entraîne les autres derrière elle. Avec le temps, les worgens Traquelunes on fini par accepter cette hiérarchie nécessaire à leur mode de vie. Plutôt qu'une contrainte, elle est vue comme le firmament de leur nature.


- La voie ancestrale -

La cohabitation avec les elfes de la nuit ne fût pas simple dans les débuts. Fatalement liés à leur destin, les Traquelunes ont du se plier à leurs règles et adopter leur mode de vie. Tantôt vus comme des êtres inférieurs, tantôt comme des alliés, ils considèrent de leur côté les elfes de la nuit comme étant à la fois leur hôtes et leurs sauveurs. Une telle condition n'est pas spécialement vue comme dégradante même si les tensions entre elfes et worgens sont régulièrement présentes lorsqu'il s'agit de partager les forêts. Au delà des considérations matérielles, la voie druidique existe au sein de la meute. Le culte des esprits, notamment celui de Goldrinn et de la déesse Elune, apporte une ligne de conduite inestimable au regard de la sauvagerie ambiante. Sans être des fanatiques inconditionnels de cette nouvelle philosophie, les Traquelunes mettent un point d'honneur à défendre l'héritage qui est désormais le leur. Ils se hissent au même titre que les furbolgs et les tréants dans la sphère elfique, gravitant autour des villages, accompagnant parfois les rites. La protection des sites sacrés n'est pas évidente pour les ces worgens qui voyagent le plus souvent en groupe réduit. Mais lorsque la menace qui pèse sur la forêt est à son paroxysme, ils surgissent aux côtés de leurs alliés pour mettre un terme à celle ci, comme une seule et même entité.


- La Grande Chasse -

Passés experts du combat en milieu forestier, les Traquelunes préfèrent l'embuscade à l'attaque de front ; leurs capacités naturelles leur permettent de frapper vite et fort, avant de se retirer pour de nouveau attaquer au moment le plus inattendu. L'usure est une tactique éprouvée au sein de la meute qui n'a jusqu'à maintenant jamais été défaite sur son propre terrain. Même les sentinelles ont fini par respecter ce mode de conduite, si bien que les Traquelunes ont progressivement gagné en autonomie au fil des années. La chasse étant à la fois un moyen efficace de s'entraîner et de prouver sa force, les plus grands chasseurs sont généralement des meneurs en puissance et il n'est pas rare que la matriarche doive s'en aller ramener une proie immense afin d'assurer sa position. Toutefois, l'instinct seul ne justifie pas cette conduite ; les Traquelunes aiment à penser que le monde est leur territoire et que leurs ennemis sont leurs proies. Au sein de l'Alliance, ils sont fréquemment envoyés à la poursuite de menaces aussi dangereuses que des monstres, des troupes esseulées ou encore des assassins chevronnés. De fait, les Traquelunes ont le sentiment de mener une seule et même chasse tout au long de leur existence. Ils n'ont pas vraiment de foyer ni d'attache particulière si ce n'est les territoires elfiques où ils se sentent vaguement chez eux. Les grands espaces leur appartiennent et la civilisation leur paraît anecdotique. Croiser leur route signifie généralement croiser celle de leur proie. Et ils n'aiment pas partager.
avatar
Cordea
Admin

Classe : Voleuse

Voir le profil de l'utilisateur http://traquelune.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum