Histoire des worgens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire des worgens

Message par Cordea le Ven 23 Déc 2016 - 16:09



Voués à la destruction, les worgens ont causé de grands malheurs en Azeroth avant de finalement retrouver la voie de l'équilibre grâce aux efforts des kaldoreis dont la responsabilité est de mise dans leur apparition. L'ensemble des worgens ne se revendique pas d'une même bannière et il serait grave de penser qu'ils suivent une conscience collective. Toutefois, l'histoire démontre qu'ils sont issus d'une base commune.


La genèse :

Il y a fort longtemps, une grande guerre eut lieu entre les elfes de la nuit et les satyres de Kalimdor. Un groupe de druides mené par Ralaar Brasegriffe adopta une forme puissante mais instable en s'investissant de la fureur du dieu de la nature Goldrinn. Ces druides de la Meute, comme ils se nommaient, cherchèrent un moyen de tempérer les élans de colères inhérents. Leurs travaux aboutirent à la création de la Faux d'Elune ; une arme mystique façonnée à partir d'un croc de Goldrinn et d'un bâton béni par Elune. Malheureusement, les druides de la Meute finirent par succomber à l'influence de la Faux d'Elune et se transformèrent en worgens : des êtres bestiaux, asservis par leurs propres instincts primitifs. Aveuglés par la rage, Ralaar et ses compagnons attaquèrent les satyres mais firent également de nombreuses victimes elfes de la nuit. Il s'avéra que la malédiction qu'ils avaient contracté se propageait et transformait toujours plus d'elfes en worgens. Dans sa sagesse, l'archidruide Malfurion Hurlorage bannit les worgens sous l'arbre sacré de Daral'nir, dans le Rêve d'Emeraude. Endormis pour l'éternité, ils ne représentèrent plus une menace pour le monde.


Libération :

L'existence même des worgens resta pendant longtemps un secret au regard des races mortelles. Au sein des royaumes humains, des rumeurs persistaient à propos d'homme-loups rôdant dans les étendues sauvages. Un mage de Dalaran, Ur, entreprit des recherches à la leur sujet et conclut qu'ils étaient bel et bien reclus dans leur monde, écartant l'hypothèse qu'ils se manifestent en Azeroth malgré leurs pouvoirs. Il est possible qu'Ur ait entrevu le Rêve d'Emeraude sans avoir réellement conscience de sa nature. Quoiqu'il en soit, ses travaux furent repris bien plus tard par l'archimage Arugal qui, lors de la Troisième Guerre, libéra avec la bénédiction du roi Genn Grisetête les worgens dans la forêt des Pins Argentés. Si les intentions d'Arugal et de Grisetête étaient bonnes au départ, le résultat de leur expérimentation fût désastreux : les worgens se retournèrent contre les populations humaines qu'ils étaient sensés protéger face au Fléau. Les survivants transformés à leur tour en worgen assiégèrent le donjon du Baron d'Argelaine et Bois-du-Bûcher fût condamnée. Rongé par la culpabilité, Arugal dut se résoudre à  poursuivre ses recheches. Il établit sa demeure dans les ruines du donjon d'Argelaine, plus tard rebaptisé "donjon d'Ombrecroc", protégé par une armée de worgens qu'il considérait comme ses enfants. Malgré ses pouvoirs, Arugal ne fût pas de taille face au plus dangereux des worgens qu'il avait invoqué : Ralaar Brasegriffe. Contraint de se soumettre à l'Alpha Prime, il fonda à ses côtés le Culte du Loup, une secte destinée à retrouver la Faux d'Elune et propager la malédiction worgen à travers le monde. Le premier acte du Culte du Loup fût d'infecter le village de Bois-du-Bûcher, contraignant ses habitants à se changer en worgen une fois la nuit tombée.


Velinde Chantétoile et la quête de la Faux d'Elune :

Tandis que la Troisième Guerre s'achevait sur la victoire du Mont Hyjal en Kalimdor, les forêts elfiques étaient encore infestées par les démons et les sentinelles déployées dans les zones les plus corrompues par leur engeance. L'une d'entre elles, Velinde Chantétoile, recouvra l'héritage de la Faux d'Elune en explorant le tombeau de sa tante Mel'thandris et vit dans l'artefact un moyen de contrer la Légion Ardente. Manipulée par ses ennemis, elle invoqua des worgens en grand nombre et perdit peu à peu l'ascendant sur eux. Rendue à l'évidence que ses erreurs risquaient à nouveau d'étendre la malédiction sur les siens, elle abandonna sa meute et partit dans les Royaume de l'Est à la recherche d'Arugal. Son destin croisa celui de Varkas, un dissident du Culte du Loup qui souhaitait s'emparer de la Faux d'Elune afin de remplacer Ralaar à la tête des worgens. Au cours de leur affrontement au Destin de Rolland, Velinde et Varkas perdirent la vie dans l'explosion d'une réserve de dynamite. Enterrée, la Faux d'Elune attisa la convoitise de diverses factions telles que le Culte du Loup, les Cavaliers noirs de Karazhan et le SI:7. Finalement, un agent du SI:7 du nom de Brink parvint à récupérer la Faux au nez de ses adversaires et la rappatrier en Kalimdor.


La malédiction de Norfendre :

L'incapacité du Culte du Loup à s'emparer de la Faux et l'arrivée en masse des réprouvés rassemblés par Sylvanas amenèrent à la chute d'Arugal. Vaincu, l'archimage fût néanmoins relevé par le Fléau qu'il avait combattu jusqu'alors et contraint de servir le roi Liche. Durant la grande guerre qui s'ensuivit, Arugal fonda la Lune Sanguine, un culte voué à répendre la malédiction en Norfendre depuis une île perdue au large des Grisonnes. Quand les worgens ne s'en prenaient pas aux colons humains et orcs des étendues gelées, ils étaient envoyés à Achérus, le Fort d'Ebène, pour devenir des chevaliers de la mort. Ces chevaliers de la mort en question finirent néanmoins par se rebeller au terme de l'an 28 ADP, sans doute en raison de leur sauvagerie innée. Bientôt, Arugal ne pût tenir face aux assauts conjoints de l'Alliance, de la Horde et de leurs alliés. Il fût définitivement détruit au sommet du donjon de la Lune Sanguine et emporta ses travaux dans la tombe.


La chute de Gilnéas :

Arugal ayant disparu, les dernières meutes de worgens de la forêt des Pins-Argentés se retrouvèrent sous le commandement exclusif de l'Alpha Prime. Désireux de se venger de Malfurion, celui ci pactisa avec les réprouvés dans le but de s'emparer de la Faux d'Elune et de libérer ses derniers frères retenus dans le Rêve d'Emeraude. Le Culte du Loup infiltra Gilnéas par des tunnels détournés, semant le trouble et préparant le terrain d'une invasion réprouvée de grande échelle. Alors que Gilnéas sombrait sous les assauts des morts-vivants et qu'une partie de sa population était contaminée par la malédiction, les elfes de la nuit décidèrent de réagir. Se sentant responsables du mal causé par Ralaar, Valorn Calmebranche, le nouveau détenteur de la Faux d'Elune, emmena avec lui un petit groupe de volontaires au coeur de la Forêt Noire, l'endroit où se trouve l'arbre sacré de Tal'doren ; l'équivalent de Daral'nir dans le monde réel. Jusque là, les plans de Ralaar se passaient comme prévu et la Faux d'Elune était désormais en Gilnéas. Croyant que celle ci était désormais perdue dans le conflit suite à la bataille de la Cathédrale de la Lumière de l'Aube, il ne soupçonna guère les intentions de Valorn et de ses compagnons qui eurent l'audace de libérer les Gilnéens de leur sauvagerie pour les retourner face aux Réprouvés. Ralaar fût finalement vaincu par la prêtresse de la Lune Belysra Soufflétoile et l'esprit réincarné du druide Arvell lors de la reprise de la capitale. Durant la suite du conflit, les worgens occupèrent une place de premier plan dans la lutte contre les réprouvés, assaillant leurs arrières et permettant aux armées de Grisetête de se frayer un passage vers la mer.


Griffebranche et les druides de la Faux :

Tous les anciens compagnons de Ralaar ne sont pas restés confortés dans l'idée de répandre la malédiction worgen et d'accomplir leur vengeance contre les kaldoreis. Les survivants de la meute Frayeloup invoqués par Velinde Chantétoile et certains worgens gilnéens se sont rassemblés pour étudier les voies de la nature et préserver son équilibre. Menés par la Mère de la tanière Ulrica, ces worgens ont établie une base dans la Clairière de Griffebois, en Gangrebois, où ils mènent une lutte sans relâche contre les restes de la Légion Ardente et les entreprises de déforestation du Cartel Baillefond. Le rapprochement des worgens avec la nature va de paire avec les anciennes traditions gilnéennes qui se rapprochaient d'un druidisme primitif. Si certains worgens ont pu accéder au rang d'archidruide, tous n'ont pas pu résister à corruption démoniaque. Marl Roncever, par exemple, a succombé aux promesses de la Légion et hanté pendant longtemps la forêt impure dans les Terres Foudroyées. Dans l'ensemble, les worgens ayant rejoint les kaldoreis tendent à trouver un nouveau mode de vie loin des turpitudes de leur ancien royaume.


La deuxième guerre de Gilnéas :

Le retour à la raison de nombreux worgen permit au roi Grisetête, lui même atteint de la malédiction, de rassembler une vaste armée contre la Dame Noire. Si l'ensemble des meutes sauvages restent un danger pour Azeroth, celle ci ont contribué à bâtir une résistance durable en Lordaeron appelée le Front de Libération de Gilnéas. Composé de Gilnéens mais aussi de réfugiés Lordaeronnais contaminés, le Front a temporairement mis à mal les positions réprouvées en Gilnéas, dans la Forêt des Pins Argentés et dans les Contreforts de Hautebrande. Toutefois, cet élan de reconquête fût coupé par la capture de Lorna Crowley, dont le père du accepter l'abandon des territoires reconquis contre sa vie. Cet épisode douloureux marqua la fin des dernières tentatives de reprise de la péninsule. Toutefois, les worgens perpétuent la lutte contre les réprouvés et leurs alliés aux quatre coins du monde ; dernièrement, Genn lui même s'est engagé à défaire Sylvanas dans les Îles Brisées pour venger la mort du Roi Varian Wrynn.
avatar
Cordea
Admin

Classe : Voleuse

Voir le profil de l'utilisateur http://traquelune.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum